In the mood for sadness

Publié le 9 Octobre 2016

Photo: Sean & Seng

Photo: Sean & Seng

L'aube n'est pas tout fait là encore, il y a cette clarté étrange dans laquelle les loups se confondent aux chiens...

Dans cet air immobile, je peux laisser mon esprit vagabonder. Je suis là, à cette même place que celle où mon souvenir de toi me ramène et dans ma méditation, les yeux clos, je ressens ta présence... Oui c'est bien toi.

Assise en tailleur sur la balancelle de bois du ponton, tu me regardes et je retrouve ce visage d'une infinie douceur...

Il nous aura fallu du courage pour ne pas nous déchirer davantage et le temps semble finalement nous avoir réconciliés. Irrésistiblement.

Je sais que tu es là, comme ce trésor caché dans la maison hantée, que personne n'a trouvé. Est ce que quelqu'un jamais ne l'a cherché d'ailleurs? Mais je sais qu'il est là et cela enchante pour moi la maison...

Mon souvenir t'offre ce privilège d'être insensible au temps et ses injures. Tu es comme je t'ai aimée. Pour toujours. Et puisque tu me rejoins ce matin, laisse moi encore caresser ton cou, et ta joue et tes lèvres, avoir l'illusion, un instant, que pour moi aussi le temps s'est arrêté, pour me donner le courage d'attendre ce jour où nous nous retrouverons...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article