Faits et gestes

Publié le 17 Août 2016

Photo: Yasmin Everley

Photo: Yasmin Everley

Elle faisait rarement cela auparavant, presque jamais à vrai dire. C'est depuis qu'elle a coupé ses cheveux, c'est devenu machinal, presque familier. Sans qu'on le lui dise, elle y a trouvé une certaine sensualité.

Peut être que lorsque ses cheveux étaient longs, elle avait une autre habitude, comme ces gamines qui triturent une mèche sans cesse. Elle ne s'en souvient plus. La première fois c'est sur la nuque qu'elle a posé la main. Le reste de sa chevelure était plus long et elle n'a pas ressenti la même chose, même si son allure avait changée. Ce touché l'avait subjuguée, excitée, intriguée, amusée et de mois en mois sa coupe, devenue ultra courte, lui avait toute entière procuré ces émotions.

Bien sûr, tout cela était secret, le geste était banalisé comme une simple habitude, un tic et personne n'en parlait. Cependant tout le monde savait... En tout cas les plus sensibles le devinaient.

Le trouble des premiers instants passé, ses cheveux courts lui procuraient d'autres sensations encore. A la fois de la force et de la douceur, du courage et de l'abandon, elle se sentait triomphante et sereine en même temps lorsqu'elle quittait son coiffeur, rassurée les jours suivants, jusqu'à ce que, un mois plus tard, elle soit agacée de les juger trop longs, s'en faisant le reproche.

Sa main fréquemment ébouriffait ou lissait les cheveux sur le front, grattait doucement le vertex avant de le masser, caressait volontiers la nuque, passant de la peau nue au pelage ras sans jamais se lasser.

Rassurée, elle vaquait sans s'occuper des autres, pensant qu'ils ignoraient l'importance de ses gestes...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article