Et mes cheveux, tu les aimes mes cheveux?

Publié le 14 Juillet 2016

Photo: Hermes Mereghetti

Photo: Hermes Mereghetti

Il y a comme un voile qui passe devant son regard, un trouble qu'elle semble maîtriser mais qui pourtant se perçoit lorsqu'elle parle de ses cheveux. Et puis très vite elle s'anime, passe une main à travers sa toison.

La matière souple et soyeuse, docilement s'écoule entre ses doigts, glisse et retrouve son pli, sagement...

D'un geste lascif elle rebrousse les cheveux courts de sa nuque, sourit puis ébouriffe sa frange et lâche : " Je sais, il faut que j'aille chez le coiffeur hein? " comme si cela était une obligation, une contrainte... Mais à la façon dont elle le dit, la question n'appelle pas de réponse, sinon une acceptation... Elle aimerait en réalité qu'on le lui dise, qu'une autre main que la sienne caresse sa nuque et jaugeant la longueur, s'exclame et lui ordonne d'aller les faire couper. Elle adorerait à cet instant, qu'on la prenne par la main et qu'on l'emmène chez le coiffeur, qu'elle n'ait pas d'autre choix. Comme une enfant, résignée, mais jubilant secrètement, la tête baissée, le menton collé à la poitrine, elle laisserait ses cheveux couler sur le nylon sous ses yeux, à chaque passage de la tondeuse ou à chaque claquement de ciseaux...

Mais voilà, ce n'est qu'un fantasme, une idée lointaine qui persiste et l'excite lorsqu'elle parle de ses cheveux et qui trouble son regard, l'espace d'un battement de cils...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Divers & variés, #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article