En pente douce

Publié le 1 Juillet 2016

Photo: Martin Strauss
Photo: Martin Strauss

Mon coeur s'est apaisé.

Pourtant j'ai juré et j'ai grogné tout au long de ce chemin d'infortune. Mes blessures étaient moches et profondes, je n'aurais pas donné cher de ma peau...

Mais le temps soigne mieux que personne les coeurs qui ont trop saignés. Il faut juste être patient, laisser partir le venin qui emplissait les veines...

Aujourd'hui je peux me laisser glisser vers la nostalgie, revivre des instants plus heureux, appeler des souvenirs restés jusque là sous les gravas. C'est juste pour être en paix...

Enfin pleurer... Sourire et pleurer en même temps de ce que nous étions, heureux et malheureux.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article