Compromission

Publié le 24 Juillet 2016

Photo: Peter Coulson

Photo: Peter Coulson

Quoi qu'on dise, quoi qu'on fasse, on s'aperçoit assez rapidement que pour vivre intelligemment, il faut toujours chercher à "couper la poire en deux". Cela facilite les rapports entre humains...

Pourtant, moi qui suis fasciné par l'ambiguité, le mélange des genres, l'appropriation des codes masculins par les femmes ( oui ça marche moins dans l'autre sens, mea culpa ) cette façon d'être "fifty-fifty" devrait m'aller... Eh ben c'est moyen.

Cependant, j'ai depuis longtemps avoué que ma dilection pour les cheveux courts et l'apologie que je faisais des femmes qui décidaient en coupant les leurs, de rompre avec le cadre ancestral et coutumier et toutes les qualités que je leur prête, n'enlevaient en rien celles des autres femmes, qui parfois tout aussi déterminées, audacieuses et indépendantes, conservaient malgré tout les cheveux longs.

Alors je ne sais pas, peut être un fond de manichéisme ou je ne sais quoi, mais j'ai du mal à considérer à sa juste valeur, le compromis qui pousse certaines à ne couper qu'une partie de leurs cheveux, souvent de manière radicale d'ailleurs et à conserver intacte le reste de leur chevelure.

C'est pourtant une jolie manière de "ménager la chèvre et le choux" ( oui je suis en veine d'expressions pop' ce matin ) et d'apparaitre, tel Janus avec deux visages, selon l'humeur.

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article