Question d'humeur

Publié le 12 Avril 2016

Photo: Dorith Mous

Photo: Dorith Mous

Cela peut arriver à tout moment et personne n'est à l'abri.

Certaines qui ont l'habitude de porter les cheveux courts, après les effets d'addiction des premiers temps, finissent par adopter un style que parfois elles gardent durant plusieurs années. Les variantes sont subtiles et se jouent quelques fois au centimètre prêt. Une mèche un peu plus longue, une raie, un mouvement vers l'arrière ou le côté... Pourtant à chaque fois qu'elles rencontrent leur coiffeur, un instant, une idée traverse l'esprit.

Une idée comme un fantasme, une envie folle, un tabou. La tentation est là, celle de franchir cette porte qu'on croit interdite, d'explorer plus loin encore cette possibilité d'être totalement soi même. Mais les garde-fous sont nombreux et pesants, la Société, la famille, le boulot, les gens... Incapables de surmonter tous ces obstacles, elles renoncent, avec peut être un sourire aux lèvres, à cet instant où l'idée leur a traversé l'esprit.

Alors, comme l'humeur est tout de même à l'audace, elles ressortent avec la coupe plus courte, la nuque plus rasée que d'habitude, les pattes effacées, un succédané de ce qu'elle auraient vraiment aimé. Elles se persuadent qu'un jour viendra, elles le feront, elles oseront cette folie.

Question d'humeur...

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article