Le besoin et l'envie

Publié le 13 Février 2016

Le besoin et l'envie

Je n'imagine pas qu'il ne puisse y avoir d'intention particulière lorsque soi même on exécute ce geste, sans attendre le moment ou la fortune suffisante pour le confier à celui dont c'est le métier. C'est juste que l'on ne peut patienter davantage, que le besoin est là et que l'envie le nécessite. Et c'est étrange de le savoir...

Dans ce rendez vous intime, la main ne tremble pas, l'émotion n'est pas forcément dans le geste, cela viendra après... juste après lorsque la machine à peine tut, les cheveux coupés sont chassés pour laisser place à la douceur d'un gazon fraichement tondu.

Le besoin alors s'efface devant l'envie assouvie. Parce qu'il y a du plaisir à cette sensualité, lorsque les doigts viennent jauger et déterminer si le travail est bien fait. La main mesure toute l'harmonie entre la douceur de la peau tiède et le soyeux de la chevelure rasée. Sans plus d'effort, la tondeuse est parvenue à rendre les contours propres et nets, soulignant l'empreinte personnelle de la nuque, révélant mieux encore son érotique relief.

Enfin l'instant délicieux, hâtif, presque fugace... ou plus langoureux, bref ce bonheur de retrouver, intacte, toute la confiance en ce pouvoir secret de la femme aux cheveux courts.

Photo: Fany Meil

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article