Droit, lisse et net

Publié le 4 Janvier 2016

Droit, lisse et net

C'est un exercice difficile. Parce qu'il faut, avant de savoir en jouer parfaitement, accepter sa vraie nature. Ça a l'air d'une boutade, mais il est bien connu que celles qui sont par bonheur dotées de baguettes de tambour en guise de cheveux ne rêvent que d'une chose: avoir de jolies boucles. Mais une fois oubliée cette envie irraisonnable, le cheveux définitivement raide révèle un charme mystérieux qui me séduit toujours.

Selon comme il est taillé, il devient alors un solide paravent, rideau épais et soyeux qui toujours retrouve sa solennelle rectitude.

Il y a dans ce graphisme une netteté excitante lorsque sans chercher un quelconque arrondi, la matière est coupée, tranchée de la manière la plus rectiligne possible, offrant le même aspect en leur extrémité que la brosse du peintre, drue, presque piquante.

La frange est un accessoire, bordant le regard au ras des sourcils ou plus espiègle lorsqu'elle remonte sur le front.

Dans cette verticalité, chaque centimètre bouleverse l'effet final, selon que la taille se fait au menton, au lobe de l'oreille ou plus haut encore... Et la nuque, dévoilée ou pas en conséquence, sera toujours l'objet d'une attention particulière et le plus souvent tondue avec minutie.

Cela me séduit, cet aplomb où le cheveux garde la souplesse d'une matière qu'on dirait liquide, tombant toujours à la verticale, épaisse et soyeuse et qui s'arrête, tout net, tranchée comme d'un seul claquement de ciseaux.

D'ailleurs, à bien y réfléchir, c'est peut être sa vraie nature, au cheveu, d'être toujours lisse, droit et net?

Photo: Takayuki Fujimoto

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article