Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les femmes aux cheveux courts

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Fruit de la passion

Fruit de la passion

Souvent dans l'enfance naissent des passions. Petite, elle était fascinée par l'adresse du coiffeur qui tournait autour de son client, jonglant du peigne et du ciseau, glissant l'un sur l'autre dans un ballet presque d'illusionniste en faisant voler tout autour des mèches de cheveux comme les copeaux d'une sculpture. De cette masse hirsute, sans efforts, il parvenait à façonner une coiffure élégante, nette, affûtée. Le poignet souple, en quelques coups de tondeuse il estompait le dégradé comme un artiste et son fusain...

Et puis l'ambiance, le rituel, les odeurs...

A son tour, plus grande, elle ne voulait pas autre chose que d'être elle même coiffée ainsi. Sentir sur la peau de son crâne glisser les dents du peigne de corne, entendre à ses oreilles le claquement régulier et sans fin des ciseaux d'acier que de temps en temps le coiffeur tapait l'un sur l'autre comme pour garder le rythme dans un temps mort, à la façon d'un ferronnier qui frappe son enclume. Elle frissonnait au moment de baisser la tête, courbant sa nuque pour laisser la tondeuse vibrer sur ses vertèbres et se régalait de caresser après ce velours de cheveux ras que sa mère allait forcément lui reprocher.

Très vite elle a su que c'était cela qu'elle voulait faire. Pas être coiffeuse, non... être coiffeur, jongler, elle aussi avec ses ciseaux, jouer de la tondeuse, tondre, raser, coiffer les cheveux courts, très courts, peu importe qu'ils soient masculins ou féminins, elle voulait faire ce métier de magicienne, enfonçant ses doigts à travers les cheveux, les saisir, les ordonner, les façonner, les couper, y trouver autant d'excitation et de plaisir que lorsqu'elle même faisait couper les siens.

Finalement cette passion devint son métier si bien que, comme le sage* l'avait prédit, faisant un métier qu'elle aimait, elle ne travailla plus un seul jour de sa vie.

*Confucius

Photo: Alana Lucia chez Blind Barber

Retour à l'accueil

Partager cet article

À propos

jeaneg

Certains y voient du fétichisme. Il ne s'agit que de dilection. Outre l'apparence, c'est aussi le caractère des femmes aux cheveux courts qui me séduit.
Voir le profil de jeaneg sur le portail Overblog

Commenter cet article