Y a-t-il un coiffeur dans la salle?

Publié le 27 Octobre 2015

Y a-t-il un coiffeur dans la salle?

Eh bien non! Ce n'est pas aussi simple que ça. Enfin, pas aussi simple... On pourrait imaginer qu'une fois le pas franchi, une fois la liberté acquise, quand on est enfin une femmes aux cheveux courts, autant au dehors qu'on l'est depuis toujours au dedans, plus rien ne peut entraver cette marche triomphante vers le plein bonheur d'être soi même. Et pourtant, si!

Parce que c'est bien connu, une fois qu'on a les cheveux courts, on est soumis à une sorte d'addiction qui pousse souvent à aller toujours un peu plus loin dans la découverte de soi même et de son "vrai" style. Ok la première coupe, c'était pour franchir le pas. Une coupe un peu classique, un truc où la coiffeuse a pris soin de laisser quelques détails qui "féminisent" ce qui déjà dans son esprit est bien trop court pour être féminin (sic ).

Si bien qu'il faut, par la suite, se mettre en quête DU coiffeur qui saura satisfaire son envie. Celle ou celui qui sera "partant(e)" pour faire cette coupe, où on ne garde pas "les pattes en pointes" pour féminiser, où on n'a pas peur de tondre la nuque ou les côtés, bref où on est pas effrayé de tutoyer un autre genre dans l'apparence.

Ça paraît tellement simple et tellement évident, écrit ici. Mais pourtant... On se dit que les cheveux courts comme ça, il n'y a pas de raison de payer 2 ou 3 fois plus cher que les hommes, on se dit que puisque c'est ce qu'on aime on peut tout aussi bien aller se faire couper les cheveux dans un salon "pour hommes" et on tombe sur un grincheux qui va vous dire sans vous regarder dans les yeux, "qu'il ne coiffe pas les femmes"... Nanmého!

Alors il faut aller, d'expériences en déceptions, parfois durant des mois, avant de trouver, enfin, celui ou celle, qui dans son petit salon qui ne paie pas de mine, va vous faire LA coupe qui parle de vous à un prix qui vous permette d'envisager de la refaire chaque fois que vous sentez ce besoin irrépressible d'avoir les oreilles bien dégagées et le souffle de la brise sur votre nuque.

Et ainsi regonfler votre moral de combattante

Photo: Mark Elzey

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :