Fascination d'Orient

Publié le 13 Septembre 2015

Fascination d'Orient

Ces choses là voyez vous, ça ne s'explique pas. Personne, pas même Frida, ne pourrait me donner le début d'une piste raisonnable pour tenter de comprendre cette fascination exercée par les femmes d'Asie... Un envoutement démultiplié lorsque ces femmes explorent leur androgynie, brouillant les esprits en assumant leur corps aux formes souvent discrètes. Un rien suffit alors, un vêtement, des cheveux coupés à la manière d'un garçon et le trouble est total.

J'ai le sentiment que plus que toute autre, cette physionomie à la peau imberbe et ambrée, au cheveux noir et lisse, à la silhouette juvénile, efface plus facilement le genre.

Fascination d'Orient

Les exemples seraient nombreux pour soutenir mon propos, je pourrais penser à Courtney McCullough ou à Claire Tran... mais c'est en voyant les photos de Koharu Sugawara que cette évidence m'est apparue. Elle est danseuse, ce qui explique son corps athlétique et si parmi la plupart des androgynes d'Occident, aucune ne me trompe vraiment, j'avoue que j'ai longtemps cherché à identifier le sexe de miss Sugawara, la véritable fascination ne fonctionnant que si j'ai la certitude d'admirer une femme. Sans doute un vieux reste de conformisme...

Cependant, l'androgyne asiatique, quelque soit son sexe demeure un modèle idéal d'humain qui aurait abolit la discrimination de genre et atteint un niveau supérieur de l'esthétique. Alors, androgynes sans genre, un rien suffit, voyez-vous à me les rendre admirable, un vêtement, une coupe de cheveux...

Photo: Koharu Sugawara

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article