Love in translation

Publié le 20 Août 2015

Love in translation

Personne ne le sait, évidemment. Je le garde pour moi, c'est un secret. Mais chaque fois que l'occasion se présente, que je la vois, à travers le cinéma ou la télé, je suis sûr que personne n'est dupe. Cela doit se lire sur mon visage, dans mon regard. Je suis amoureux de Sofia Coppola.

Ça ne s'explique pas. Ce n'est pas physique, bien sûr. J'ai passé l'âge d'être amoureux d'idoles inaccessibles, mais j'ai un sentiment amoureux tout de même, parce que je crois me retrouver en elle. J'aime cette langueur méditerranéenne, celle de Mary Corleone amoureuse de son cousin Vincent, maladroite.

Elle est du sérail, on pourrait la soupçonner d'être une enfant gâtée, privée de toute envie, déboussolée comme ses héroïnes... Dieu merci, cela inspire aujourd'hui son cinéma.

Et c'est sans doute parce que chacune de ses actrices est un peu son propre reflet que je les aime aussi. L'adolescente empêtrée dans ses cheveux trop longs qui lui battaient les reins et devenue une femme élégante, au charme infaillible, au style inspiré, avec une coupe au carré qui souligne sa classe naturelle. J'ai presque hâte de la voir vieillir tant j'imagine sa beauté mûrir et s'épanouir encore, toujours, davantage...

Je me suis ému hier soir encore, au milieu de ces deux coeurs perdus dans Tokyo. Et ça m'a fait tellement de bien.

 

Photo: Vogue

 

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs, #Tendresses

Repost 0
Commenter cet article