Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Humeurs et états d'âme d'un amoureux des femmes aux cheveux courts.

Dans ses deux mains

Dans ses deux mains

Dans ses deux mains
sous ma jupe relevée
j'étais nue comme jamais
Tout mon jeune corps
était en fête
des cheveux de ma tête
aux ongles de mes pieds
J'étais une source qui guidait
la baguette du sourcier
Nous faisions le mal
et le mal était bienfait.

Texte: J. Prévert - Fatras 1966

Photo: Flickr Miss Complejo

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :