Paradoxale sensualité

Publié le 19 Mai 2015

Paradoxale sensualité

Même si depuis longtemps j'étais apaisé quant à ma psychosexualité, il m'arrivait encore d'accaparer le temps et le savoir de ma psy, tant ce domaine me semblait vaste et sans limites.

Ainsi, la tendance chez certaines jeunes femmes, qui n'avait échappé ni à Laora ni à mon oeil d'expert, de fréquenter des salons où l'on savait leur tailler les cheveux d'une manière jusque là appartenant au style masculin, ce skin fade qui effaçait littéralement la ligne d'implantation des cheveux en un dégradé au fondu parfait, provoquait chez moi une admiration étrange...

Moi "- Avoue que c'est tout de même paradoxal, la sensualité que peut évoquer ce geste qui consiste à rebrousser une nuque tondue ras, lorsqu'il est fait par une femme...

Ma Psy - Où est le paradoxe che te brie?

Moi - Eh bien... Cela pourrait sembler une coupe sévère, absolument à contre pied de ce que l'on considère comme féminin, brutale et dont on ne s'attend pas à ce qu'elle puisse inspirer une quelconque concupiscence.

Ma Psy - Et tu benzes qu'une femme qui ferrait le même cheste fait par un homme ne serait pas " jarmée"?

Moi - Jarmée?

Ma Psy - Ja... Zéduite, douchée, émue, adentrie...

Moi - Ah ben oui... Jarmée donc... Bon enfin, oui je pense que tu as raison. Mais pour ma part voir un homme faire ce geste ne me fait rien, alors que voir une femme le faire me fait fondre.

Ma Psy - Ou pien ezque c'est barzque zette femme a la nuque razée comme un karzon?

Moi - Oh non pitié Doc, j'ai dépassé ce stade. Une femme est une femme et j'aime les femmes qui cassent les codes.

Ma Psy - Ach! Che te taguine... zette zenzualidé, z'est la nuque qui la profoque. Z'est la nuque qui est zenzuelle, pas la fazon dont elle est razée... ou pas.

Moi - ... Ah?... Tu crois?

Photo: Florianne Satre

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Ma Psy et Moi

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article