Icône

Publié le 15 Mai 2015

Icône

Vous pouvez chercher dans votre mémoire... Elles ne sont pas très nombreuses ces étoiles filantes qui dès leur apparition ont subjugué la planète.

Je me demande aujourd'hui si quelqu'un ignore qui était Jean Seberg? Peut être que les plus ignorant(e)s imaginent simplement que c'est un style de coiffure, mais quand bien même, c'est déjà ça.

Question de conjoncture direz vous? Pour être l'icône de la Nouvelle Vague il faut bien arriver au bon moment, ni avant, ni après. Certes! Pourtant cela ne suffit pas.

Icône

Si elle est plutôt jolie du haut de ses 17 ans, le rôle de sainte guerrière qu'on lui fait endosser et les cheveux ras qu'on lui impose sont certainement ce qui va faire la différence. Premiers pas dans le monde et la voilà propulsée au firmament parce que sa jeunesse et sa fraîcheur ne sont pas altérées par cette coupe de cheveux qu'on ne connait pas aux femmes à cette époque. Et cela restera...

Bonjour Tristesse... A bout de souffle. Nous y sommes. Jean Seberg devient d'un seul coup l'image de cette jeunesse éternelle, audacieuse, indépendante, son accent et son t-shirt du Herald Tribune lui donne de l'exotisme et ses cheveux courts la rendent inclassable, merveilleusement féminine en robe, terriblement "tomboy" en pantalon.

Les américains appellent sa coupe de cheveux "gamine" ou "pixie", nous on va dire "garçonne" parce qu'on ne sait pas dire mieux. Cependant, sans rien nier du talent de la jeune américaine, je me demande parfois si les choses auraient été si fortes si elle avait gardé les jolies boucles blondes de son adolescence...

Icône

Photos de haut en bas: Bonjour Tristesse (1958), Sainte Jeanne (1957), A bout de Souffle (1960)

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article