Autant de blondeur

Publié le 27 Mai 2015

Autant de blondeur

C'est un peu réducteur de ne voir dans la blondeur que la simple douceur angélique, de toujours associer cela à l'enfance ou à la saine et sportive Scandinavie. La blondeur bien sûr fait rêver, chevelure lumineuse qui capte tous les regards, dorure idéale qui souligne une peau hâlée, pâleur peroxydée qui fait tourner les têtes...

Pourtant, naturelle ou pas, je ne serai jamais fasciné par la blondeur d'une chevelure filasse ou les boucles d'une coiffure aux reflets jaunes qui "choucroute" sur une tête adorable.

Par contre j'aime follement cette nuque au teint ensoleillé bordée d'une blondeur délavée, taillée au plus près pour dessiner l'implantation qui souligne si bien les creux et les rebonds d'un cou à la fois robuste et fragile. Ce blond, qui prend des reflets plus sombres au gré du relief, jusqu'à se confondre avec la peau couleur de miel.

Je suis décidemment impénitent, direz vous. C'est vrai, puisque je me rend compte que tant de blondeur ne peut me séduire que si elle illumine une jolie petite tête...

Photo: Jeaneg avec Wiebke Green

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article