Le garçon en Elles

Publié le 24 Février 2015

Le garçon en Elles

J'en connais une poignée, je pourrais en connaître cent, des femmes qui se conjuguent sans pronom, qui ont encore dans leur regard une enfance à courir la campagne ou à explorer les villes, le godillot claquant sur le pavé avec la bande des garçons...

De leur adolescence sans genre, de leur corps androgyne, elles composent une image qui fascine plus qu'elle ne heurte.

Ici la féminité est épurée, elle est une quintescence qu'il faut lire en transparence. De chaque élément, fragile et délicat, l'assemblage produit un être sublime et sans faiblesse.

L'âge mûrit les choses et consolide la conscience d'être à part, cette femme avec ce garçon quelque part à l'intérieur. Ce qui pouvait faire peur ne le fait plus et l'acceptation n'est pas une résignation mais un atout, une carte joker.

Il y avait une peur, celle de ne pas avoir sa place, celle d'être prise pour un autre. Il fallait des artifices, quelques bijoux discrets, des cheveux longs, coiffés comme les filles. Mais quand enfin on sait où se trouve l'essentiel, chacun, de la fille et du garçon, prend sa place, sagement, et la femme idéale enfin rassurée, laisse l'androgyne triompher.

J'en connais cent, je pourrais en connaître mille, des femmes qui se conjuguent sans pronom...

Photo: Fany Meil

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article