La photo jaunie

Publié le 13 Février 2015

La photo jaunie

C'est comme si, sous le voile à peine, il y avait une toile de Hopper que personne ne connaissait encore. Un voile de pudeur peut être, pour atténuer la saveur sensuelle de ce portrait... ou pour lui en donner davantage...

D'un Polaroïd périmé est née une image sublimée où tout s'estompe sauf l'essentiel, la courbe d'un sein, l'ovale du visage, le reflet de la chevelure, des carrés d'ombre et de lumière, une perspective...

Sybil l'androgyne, grande reporter du bonheur, des jours heureux et des enfants aux éclats de rires fracassants, s'offre un peu de douceur mélancolique, protégeant son propre regard sous le casque sombre et lisse de ses cheveux courts qui jouent de la lumière.

Elle est toutes les femmes aux cheveux courts, une Muse idéale dont chaque portrait pourrait inspirer mon imaginaire.

Ainsi, le petit carré de photo instantané à la chimie défaillante devient un Hopper sans prix, l'androgyne au sein nu, la femme aux cheveux courts, la fille garçon... qu'importe le titre, on peu s'y perdre des heures, comme dans une galerie d'art.

Photo: Jean Pierre Guenec

Sybil Rondeau Photographe

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Tendresses, #Humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ledjack 16/02/2015 04:54

j'overlike....