Allez, courage!

Publié le 26 Août 2014

Allez, courage!

La vie n'est jamais simple...

Une fois trouvé le courage nécessaire pour enfin divorcer de ses longs cheveux, tourner la page et s'ouvrir vers de nouvelles perspectives ( et ce n'est déjà pas rien... ), quelques paramétres géographico-sociologiques viennent perturber l'enthousiasme général. Il y a le seul salon de coiffure à 50 kilométres à la ronde où là, une coiffeuse "chevronnée" va vous dire ce qui est bien et ce qui ne l'est pas et doucher votre engoument pour cette coupe très courte dont vous rêvez. Le panier de bigoudis n'est jamais très loin et ici on travaille " à l'ancienne ". Pas de bol!

Ou alors il y a l'amie de la famille, celle qui depuis toujours s'occupe de la tignasse de tout le monde, père mère frères et soeurs et qui elle aussi "sait" ce qu'il faut faire, ce qui va et ce qui ne va pas. Comment lui résister, comme se révolter sans provoquer un drame quasiment familial?

Enfin, même si on a la chance de vivre dans une grande ville où le choix ne manque pas, on tombe toujours sur LA coiffeuse, celle qui s'obstine à mettre une touche féminine à votre coupe, de peur que cela ne fasse "trop masculin".

Parce que voyez vous, les coiffeuses ont été élevées à ce sein du partage des genres, comme l'école publique de Jules Ferry, un coté garçon, un côté fille où même lorsqu'on a mélangé tout ça pour gagner un peu de clientèle, on a toujours veillé à ce que chacun s'occupe de sa chacune.

La solution existe, pour les inconditionnelles du bien dégagé derrière les oreilles, celle qui n'ont pas peur de montrer leur nuque et qui ne voit rien qui soit plus masculin que féminin, dans un vêtement ou une coupe de cheveux, c'est de fréquenté un salon homme où là, LE coiffeur n'aura pas peur des cheveux "trop" courts que vous lui réclamerez.

En somme il faut du courage pour deux!

Photo: Bettina at Blind Barber

Rédigé par jeaneg

Publié dans #Humeurs

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :