Délicieuse pâleur

Publié le 29 Juin 2014

Délicieuse pâleur

Il y a, plus que la chair à peine voilée de ce dos aux épaules serrées, la vision de ce cou déjà pâle où contraste les cheveux noirs, coupés courts, à la façon d'un collégien d'un autre temps...

La dentelle te rassure, persuadant ton esprit que cette nuque, plus pâle encore que le reste est bien celle d'un corps féminin et ton trouble s'apaise.

Mais pourquoi ce malaise, si ton désir s'éveille et si l'envie te pousse à la caresse?

Tu t'en veux, oui enfin, d'avoir imaginé faire une part au Bien ou au Mal alors que ton désir n'était que de douceur et d'amour. Il ou Elle l'aurait tout autant mérité...

Te voilà soulagé et du trouble ne reste que le plaisir de cette ambiguité que fait naître chez toi cette nuque de femme taillée par le barbier.

Photo: Justin Lane

Rédigé par jeaneg

Repost 0
Commenter cet article